Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 18:49

     

Toute question pourra obtenir une réponse dans le cadre de nos connaissances sur le sujet.

 

Je peux essayer de vous faire bénéficier de notre petite expérience en ce qui concerne les adeniums obesums et adeniums greffés car nous en détenons depuis environ cinq années et nous semons les graines des obesums pour en avoir de petits spécimens, semis que nous réussissons facilement puisque nous utilisons nos propres graines et donc elles ne peuvent pas être plus fraîches. (Effectivement, les graines d'adenium obesum doivent être semées très fraîches, moins de trois mois, mais en fait dans les vingt premiers jours, on obtient pratiquement toujours un bon résultat)
 

Adenium obesum au 28/01/2011 avec sa production de graines en bâtonnets aux embouts garnis de soie :  

SDC10610   SDC10613

Semées dès leur récupération lors de l'éclatement des follicules des fruits, les graines ont pratiquement toutes levé très rapidement et à partir du 15 février, pour nous donner des plantules de très bonne qualité et qui ont évolué favorablement. 

Le semis, dans un substrat, mélange de sable grossier et terreau, presque en surface (pas plus d'un demi centimètre de profondeur), fait le 30/01/2011, plantules sorties le 15/2/2011 et photo du résultat au 14/04/2011 :

SDC10764.JPG

Le semis doit être vaporisé avec de l'eau de pluie de préférence (surtout pas d'eau calcaire) selon la sècheresse de surface. Le récipient de semis ne doit pas avoir de réserve d'eau (cela reste d'ailleurs une condition sine qua non pour toute la durée de vie de l'adenium) et doit rester au chaud, au minimum vingt degrés.
Et il est relativement facile de le cultiver ensuite sous la forme d'un bonsaï, ou autrement dans des pots plus profonds. 

SDC10964.JPG

Trente deux plantules déjà bien pourvues de caudex en bonsaï ou non, dessus et dessous : 

SDC10963.JPG 

Les adeniums adultes ne doivent jamais être exposés à des températures inférieures à 10°. Par contre, pour ce qui concerne les semis, pas de température inférieure à 20° et, je le répète, avec des graines les plus fraîches possibles.
L'adenium obesum, arbre du désert africain supporte, même en bonsaï, le soleil et d'ailleurs aspire à une exposition maximale à celui-ci.
Si les sujets greffés sont plus fragiles (il arrive que ceux-ci pourrissent à partir de la greffe, nous en avons ainsi perdu, nous-mêmes, une bonne demi douzaine), les non greffés sont de culture très facile si l'on respecte les principes simples suivants :
- sol pauvre composé par moitié de sable grossier et de terreau
- température minimale d'exposition 10°
- exposition maximale au soleil recommandée
- arrosage peu fourni : le caudex étant ramolli au toucher, l'adénium exige un apport d'eau non calcaire
- apport d'engrais au printemps dans une proportion moindre. (une bonne façon d'en apporter : émietter du crottin de cheval en surface, cela sera suffisant)

- une autre façon de les arroser consiste à le faire avec une macération de crottins, une dizaine dans un seau de 10 litres d'eau pendant au moins trois jours.

- une fois par an et sur la surface du substrat, du sang séché avec potasse organique et de la corne torréfiée, tous deux à action durable et qui permettent de couvrir les besoins en engrais de l’année. 

Enfin, pour mettre en valeur le caudex et ses nombreuses racines, il faut le remonter (le faire sortir de terre) : 1 à 2cm chaque deux ou trois ans selon la croissance ou au changement de pot, en prenant soin de ne pas l'exposer au soleil pendant au moins quinze jours (position mi-ombre de préférence) de telle sorte que la partie souterraine découverte se durcisse, lignifie en s'habituant à sa nouvelle exposition. 

SDC10982.JPG   SDC10983.JPG

Les adeniums, issus de la même plante mère, ont ceci de particulier que chaque caudex ne sera jamais semblable à un autre.
A partir de fin mai ou début juin, ils ont chez nous, plusieurs floraisons successives et celles-ci durent jusqu‘à la fin de l‘automne, quelquefois même plus tard : 

       Photo d'un adenium obesum multiform en pleine floraison en juillet 2009 :

 SDC10287 

Les variétés d'adenium sont nombreuses dont l'obesum qui, comme son nom l'indique est très renflé (le caudex) et que je considère, pour ma part, avoir le plus beau caudex dans la forme et l'originalité.
Comme je l'ai précisé plus haut, les non greffés sont les plus résistants.
Pour ce qui concerne les greffés, si la greffe est très facile à réaliser (greffe en fente simple), il faut par contre être très vigilant quant à l'asepsie des instruments utilisés et celle de ses propres mains.
Il semble aussi que les greffes soient faites pour pouvoir perpétuer des fleurs nouvelles obtenues par semis et que l'on n'arrive pas à reproduire de la même façon. D'autres choix sont faits, par exemple, la greffe de frangipanier, etc...
L'on peut donc remarquer le même résultat que pour les autres espèces d'arbres dans la nature : par exemple, un arbre fruitier sauvage qui produit des fruits, certes plus petits, mais dont la longévité et la résistance sont, de loin, supérieures au même arbre fruitier greffé.
Donc, le greffé n'est certainement pas plus facile à cultiver et quand celui-ci devient mou sur la greffe, on peut sauver le porte-greffe en sectionnant, plus bas pour éliminer la greffe, sur la partie saine et en désinfectant avec de la bétadine ou mieux, avec du charbon de bois, pulvérisé et aseptisé au micro-ondes, pour cautériser comme pour les cactées sectionnées.
Dans un autre ordre d'idées, il est vrai que pratiquement toutes les plantes vendues en jardinerie sont forcées pour l'obtention d'une apparence factice de profusion de fleurs ou de santé du sujet et dès lors, il faut s'attendre à ce que, dans la majorité des cas, la plante périclite pendant une certaine période et même meure si les soins apportés ne sont pas adaptés.
C'est pour ces raisons que, personnellement, j'ai toujours privilégié les petits sujets qui sont de reprise beaucoup plus facile et rattrapent très vite leur retard, une fois en place, devenant très souvent plus beaux et d'une grande longévité.
Quant à l’adenium, et pour le conserver pendant l'hiver, on peut le laisser dans une pièce chauffée comme nous le faisons, sauf que l'arrosage ne doit avoir lieu que quand le caudex se ramollit et surtout la soucoupe après l'arrosage restreint ne doit pas contenir d'eau pure.(encore une fois, surtout pas d'eau du robinet : de pluie seulement ou neutre)

Quand il s’agit d’un adenium greffé, que l‘on reconnaît facilement puisque l‘on remarque les cicatrices des points de greffe, il arrive qu’il essaye de reprendre sa véritable essence sur son caudex en développant de nouvelles pousses plus bas que la greffe. Dans ce cas de figure, l’on n’est pas obligé de supprimer ces nouvelles pousses : la cohabitation se fera très facilement et l’on pourra avoir, sur le même arbuste, des fleurs de couleurs différentes, ce qui ne gâte rien, au contraire. De plus, l’adenium greffé s'habillera en épaisseur sur la base et l'effet sera beaucoup plus naturel. La seule contrainte, dans ce cas de figure, sera de veiller à ce que la reprise avant la greffe ne grossisse pas trop sinon elle portera préjudice à la partie haute greffée qui risquera de s'étioler avant de disparaître.

J'avoue, pour ma part, ne pas comprendre cette façon de greffer qui consiste à faire trop monter les branches causant un déséquilibre de l'entité mais chacun étant libre de ses actes, ... Il est tout aussi simple de greffer sur un adenium dont les branches sont reparties sur la moitié supérieure du caudex : encore faut-il attendre qu'elles poussent et tous ces gens-là sont pressés d'obtenir un article à vendre. Dommage!!!
Pour mettre en évidence les adeniums, il vaut mieux choisir des vasques en dur ou en plastique et, dans ce dernier cas, il faut les alourdir de telle sorte que la plante ne soit pas déséquilibrée au moindre vent : une chute peut lui être fatale.
Pour ce qui concerne les boutures d'adenium, rien de plus simple : il s'agit de couper certaines branches longues que l'on veut réduire et d'en repiquer les morceaux, que l'on peut diviser, dans un bon terreau. Hélas, si le résultat est "spectaculaire" la première année de floraison, car celle-ci, compte tenu du support, abonde très vite, elle ne subsistera pas très longtemps, bousculée contre nature dans son évolution qui est d'origine très lente. De plus et si les boutures persistaient plusieurs années, elles n'auraient jamais de caudex, celui-ci étant le propre de l'adenium semé et donc cela ne serait jamais que des "bouts de bois" plantés et fleuris.

Je ne suis pas du tout partisan des boutures auxquelles je préfère la beauté d'un arbuste évoluant, certes lentement, mais avec équilibre et naturel. Pour celui-ci, il ne s'agira que de veiller à sa pousse en, peut être et selon ses goûts, le faisant évoluer dans ce sens.

Pour ce qui est de l'arrosage, on doit s’assurer, de par le toucher du caudex, que celui-ci ne manque pas d'eau. Il faut aussi tenir compte du substrat dans lequel se trouve l’adenium que l’on vient d’acquérir et éventuellement d'en changer tout de suite si cela n'est pas un mélange de sable grossier et terreau comme pour le semis, car s'il s'agit, comme très souvent, de seul terreau, il y a danger de pourrissement.
Pour donner un ordre d'idées, nous arrosons les nôtres, pendant la période de chaleur, environ deux à trois fois par semaine, après toucher du caudex et nous être assurés que le substrat est sec en plongeant le doigt dedans.
Il faut, dès l'achat, le faire pour savoir où en était l'arrosage et ainsi avoir un bon départ, quitte à demander au vendeur à quand remonte le dernier arrosage. Si l’on ne possède pas ce renseignement essentiel, on est encore à temps de le faire et si les deux conditions sont réunies, (toucher du caudex et doigté du substrat) alors on pourra arroser avec parcimonie ou en privilégiant la vaporisation du feuillage et du substrat. (cette dernière opération, seulement le soir quand le feuillage a refroidi, opération qui sera de plus efficace pour éliminer les acariens et les cochenilles farineuses qui craignent l'eau)
La bonne méthode est de pratiquer, au départ, un très léger arrosage ou une pulvérisation légère pour arriver à déterminer le bon cycle d’arrosage et si l'adenium manquait d'eau ou était trop arrosé.
Pour résumer, si le caudex de celui-ci est dur et le substrat sec, alors il faudra attendre, surtout à la période chaude, trois jours avant de l'arroser sauf si au toucher journalier l’on s‘aperçoit que le caudex se ramollit.
Il est vrai que cela parait compliqué au départ, mais dès que l’on a appréhendé la façon de fonctionner de la plante, cela s'avère très facile : ce qui compte le plus, c'est l'attention portée au sujet et l'adenium n'échappe pas à la règle qui jaunit les feuilles aussi bien avec un manque d'eau qu'avec un excès d'eau, sauf que son caudex est un témoin très fiable de son état de santé.

L’adenium étant dehors et même en cas de pluie, il faut le laisser en place sauf à le mettre à l’abri dans le cadre d’une forte averse, non pas pour la quantité d‘eau qu’il reçoit car elle doit s’évacuer par le trou inférieur du pot (les 50% de sable grossier composant le substrat assurant facilement son passage), mais pour éviter d’avoir à compenser le dit substrat évacué par la densité de pluie tombée. Pour la suite, il faut tenir compte de cet apport d’eau pour l’arroser à nouveau quand il présente des signes de sècheresse.

Ci-dessous, quelques photos, la première d’une de nos nombreuses plantules issues du semis, agée de 4 mois ; les deux autres de la fleur de deux adniums obesum, vue de près (aucun n'a la même fleur) :

SDC11039

Le plus gros, à cinq mois, au 15/07/2011 : caudex à près de 3cm de diamètre, pour une hauteur de 17cm avec plusieurs ramifications dont deux grosses et quatre plus petites mais bien garnies.

SDC11222.JPG   

SDC11002.JPG   SDC11003.JPG  

                     Quelques fleurs d'adenium greffés, l'année dernière :

SDC10289   SDC10290

SDC10291   SDC10371 

                      Nos adeniums adultes, début mai 2011, les plus gros recommencent à fleurir :

SDC10960.JPG

Greffé Somalense Border Fire rouge liseré noir et Obesum greffé à fleurs doubles

                                             (photos prises le 04 août 2011)  

SDC11281.JPG  SDC11232.JPG

Du 1 au 15 septembre 2011 : nouvelle disposition latérale des adeniums et élévation de quelques deux ou trois centimètres, lors de la transplantation de sept adeniums, pour faire mieux apparaître les caudex.

SDC11473 

SDC11427  SDC11440

SDC11433  SDC11434

SDC11435  SDC11437

SDC11438  SDC11481  

         Floraison au 25 septembre 2011 de l'obesum greffé somalense Jade  

SDC11506 

             Floraison au 6 octobre 2011 de l'obesum greffé somalense Jade

SDC10013

           Floraison au 12 octobre 2011 de l'obesum greffé somalense Picotee

 

Par rapport aux premières images des trente deux plantules, issues du semis du 31 Janvier 2011 et présentées le 14 Avril 2011, voici leur nouvelle situation au 18 Octobre 2011, où  l'on constate que si les bonsaïs ont jauni ou perdu leurs feuilles (ce qui est tout à fait normal), les autres se portent bien et surtout ont grandi de façon spectaculaire.

SDC10068  

SDC10069

SDC10070

Partager cet article

commentaires

Dominique 30/07/2013


Super page explicative avec de belles photos, la meilleure que j'ai pu trouver, merci !

Grousset Sylvie 05/12/2013

je bave de jalousie quand je vois ces photos d'adénium!
on m'en a offert un tout fleuri début juillet, jusqu'à ce que je le rentre à l'intérieur début octobre il se portait bien, Une fois à l'intérieur il a commencé à faire des boutons puis ceux-ci ont séché et les feuilles jaunissent et tombent. J'ai beau lui parlé (lol), ne l'arroser que tous les 15 jours, je sens qu'il dépérit.

Gen 24/02/2014

Bonjour
Merci pour toutes ses explications , je viens de semer quelques graines acheté sue ebay et je n'ai pas eu a attendre longtemps pour quelle germent ,j'aimerai bien réussir la culture de cette plante magnifique
Amicalement
Gen

sissi972 03/04/2014

bonsoir j ai bien lu tous vos conseil moi je fais pas comme vous mes plantes soit l'eau de pluie soit l'eau du robinet suis des Antilles toutes mes plantes sont au soleil de janvier a décembre je ne savais pas pour les crottins de cheval mais l’inconvenant trop chaud chez nous en ce moment il fait tres chaud nous sommes en carême entre 28 a 33° ds fois par contre 3 fois par semaine pour l arrosage mes plantes fleurissent tres bien et j ai de beaux caudex meme mes boutures fleurissent sans probleme beau soleil de chez moi je vous envoi un peu hihihi!!

sissi972 03/04/2014

par contre j'ai de belles gousses comme vous mais il ni 'a pas de graines a ma grande déception ce n'est pas la première fois des petits bout ça n a rien avoir avec ceux que j ai planté alors je jette ça donne rien ça c'est un gros problème pour moi que faire? merci a vous je met de l angrais mes plantes sont tres belles je ne vois pas ou le problème se pose

merci

Présentation

  • : Le blog de jardindumidi.over-blog.com
  • Le blog de jardindumidi.over-blog.com
  • : Jardin méditerranéen dans le Biterrois, à 9km de la mer. Petit jardin d'agrément, potager, plantes exotiques et tortues de terre.
  • Contact

Profil

  • Denis
  • mes occupations : jardin - nature - marche - vélo - musique - lecture
  • mes occupations : jardin - nature - marche - vélo - musique - lecture

Chant du rouge-queue noir

s1050918[1]

 

 

 

Anouck, B.A.

S1051351 SDC10077 SDC10091

Souvenir à notre bergère bien-aimée, né le 13 Mai 2005 et qui nous a quitté, beaucoup trop tôt, le 31 Août 2011

Gaia des Larmes de Pancho

Par malheur, Anouck, notre fidèle Bergère Allemande est décédée le 31 Août 2011, nous plongeant dans une immense tristesse. La maladie n'épargne personne pas même les bêtes qui nous sont chères. Agée d'à peine six ans, elle a laissé un grand vide dans notre vie : un mois avant, elle était en pleine forme, un mois après elle mourrait, dans mes bras, emportée par un cancer généralisé.

Nous avons tergiversé durant un mois sur la décision de reprendre ou pas une autre Bergère. Enfin, nous avons opté, nous le pensons, pour la solution la plus sage : sans oublier notre chienne bien-aimée car nous ne pourrons jamais l’oublier, nous avons acquis Gaïa, elle aussi noire et feu. Et le petit bout a commencé à atténuer notre peine par sa présence de tous les jours. Cela fait seulement quatre jours qu’elle vit avec nous et elle nous apporte déjà un peu de sérénité de par son attachement, sa câlinerie et son besoin d’affection. Le report se fait progressivement, quelquefois avec difficulté car le premier nom qui nous vient à l’esprit est souvent le même : Anouck, mais le fait même de nous tromper nous remet dans la réalité : Gaïa et nous progressons doucement dans celle-ci.

Le temps, s’il n’efface jamais tout, atténue la peine et Gaïa est devenue déjà notre soutien pour retrouver notre équilibre perdu.

 

SDC11519bis 

              Le 8 Octobre 2011, à trois mois

SDC10559

                 Le 24/07/2012 à un an

 

Catégories